Rechercher
  • peggynature

Diabète : prévention et remèdes naturels

Maladie chronique de notre siècle, le diabète est un véritable fléau de santé qui touche de plus en plus de personnes. En cause, la malbouffe avec la consommation d’une alimentation industrielle, la consommation excessive de sucres rapides et une grande sédentarité. Ce sont donc en premier lieu les modes de vie et les mauvaises habitudes qui sont responsables du diabète de type 2, qu’on retrouve dans 90% des cas. Considéré comme facteur aggravant de la Covid 19 au même titre que l’hypertension ou l’obésité, le diabète n’est pourtant pas une fatalité ! La naturopathie offre des remèdes sains et naturels, afin d’éviter que le diabète n’altère durablement votre santé.



Qu’est-ce que le diabète ?


Le diabète est une maladie qui se caractérise par un taux de glucose, c’est-à-dire de sucre dans le sang, trop élevé. On parle d’hyperglycémie chronique quand le sucre s’accumule de façon excessive et prolongée dans le sang. Normalement, l’insuline produite par le pancréas (glande endocrine qui sécrète des hormones fabriquées par des cellules pancréatiques) joue le rôle de régulateur du taux de glycémie, et permet de le faire baisser naturellement. Mais quand la consommation de sucre quotidienne est surabondante, c’est-à-dire en excès, l’insuline ne parvient plus à assurer correctement sa mission. En général, le corps ne réagit plus à l’insuline, et le taux de sucre demeure ainsi élevé en permanence.




Le diabète évolue lentement, il est indolore et ses effets sont souvent invisibles pendant de longues années. Il se manifeste avec l’apparition de premiers signes, très variables : somnolence, troubles de la vision, picotements et engourdissement des pieds et des mains, infections de la peau, lenteur de la cicatrisation (notamment au niveau des pieds), démangeaisons, soif, fatigue (asthénie) amaigrissement, envies d’uriner plus fréquentes…


Si le glucose est un carburant nécessaire au bon fonctionnement des cellules et des organes, sa présence en excès est en revanche nocive pour le métabolisme et entraîne de nombreuses et sérieuses complications de santé :

- maladies cardiovasculaires multipliées par 3 ;

- cholestérol ;

- hypertension artérielle ;

- atteinte de la rétine (rétinopathie diabétique) qui peut entraîner la cécité ;

- dysfonctionnement des reins (néphropathie diabétique) qui représente la principale cause de dialyse chez les adultes ;

- lenteur de la cicatrisation ;

- raccourcissement de l’espérance de vie d’au moins 6 ans, s’il n’est pas bien pris en charge.

La bonne nouvelle, c’est que l’on peut éviter le diabète de type 2, le plus répandu, en suivant des règles simples d’hygiène de vie, et bien souvent en changeant ses habitudes alimentaires. En effet, ce type de diabète survient principalement à cause d’une alimentation industrielle trop riche en sucres ajoutés, ainsi qu’à une trop grande sédentarité, et donc un manque d’activité physique.


Le diabète en Nouvelle-Calédonie


En Nouvelle-Calédonie, le diabète touche environ 10% de la population adulte, soit plus de 15 000 personnes suivies et donc identifiées en 2020. (chiffres ASSNC ). En outre, on estime à 5000 le nombre de diabétiques non pris en charge. Cette maladie chronique, véritable fléau des temps modernes, représente donc un réel enjeu de santé publique. Elle est la première des affections Longue Maladie dont le coût de prise en charge est très lourd pour l’ensemble de la société, sans compter les complications sévères qu’elle entraîne.


Covid et diabète



Les diabétiques, déjà fragilisés par cette maladie chronique, sont plus susceptibles, à l’instar des personnes souffrant d’obésité, de développer des formes graves de la Covid 19. Étant très nombreux sur le territoire calédonien, le taux de mortalité lié au coronavirus a été plus élevé qu’en métropole. Alors que le coronavirus circule désormais activement en Nouvelle-Calédonie, comme dans de nombreux autres endroits de la planète, il semble donc tout à fait crucial de réduire au maximum les facteurs de comorbidité associés.

Rassurez-vous, le diabète peut tout à fait être évité. Quand on sait que les habitudes alimentaires en sont les principales causes, on comprend que des solutions à la portée de tous existent.


L’approche de la naturopathie : traitements naturels contre le diabète



La naturopathie intervient en prévention et en complément de votre suivi médical pour lutter contre le diabète. Elle offre une approche holistique, c'est-à-dire, qu’elle prend en considération votre état de santé général et votre mode de vie dans sa globalité.


Rééquilibrer la flore intestinale


En naturopathie, nous nous attachons dans un premier temps à rééquilibrer l’alimentation ainsi que la flore intestinale.

La dysbiose, un déséquilibre de la biodiversité de la flore intestinale, est en effet souvent constatée dans la plupart des cas de résistance à l’insuline et d’obésité. Il s’agit d’une baisse importante du nombre de bactéries présentes dans la flore intestinale ou d’une augmentation des mauvaises bactéries au détriment des bonnes bactéries. Plusieurs études démontrent un lien entre ces affections et l’état du microbiote intestinal.

Afin de rétablir la flore intestinale, les probiotiques et les prébiotiques sont tout à fait conseillés. Ils permettent notamment la métabolisation des graisses et des sucres, et luttent contre les inflammations.


Des substances actives naturelles anti-diabète


Certaines molécules naturelles présentent des effets hypoglycémiants avérés. C’est le cas de la berbérine, dont la substance active d’origine naturelle est tirée de diverses plantes dont l’épine-vinette (Berberis vulgaris). Mais attention, sa consommation sous forme de compléments alimentaires peut être dangereuse et doit être impérativement surveillée.


Favoriser son immunité tout au long de l’année est essentiel, l’argile à boire s’avère très efficace pour stimuler les défenses naturelles, favoriser son microbiote intestinal et lutter contre les troubles endocriniens et hormonaux.



Certaines épices sont elles aussi reconnues pour leurs effets bénéfiques sur la régulation de la glycémie, telles que le curcuma, le gingembre ou encore la cannelle.

Il est également, important de détoxifier son corps régulièrement en utilisant des plantes telles que le radis noir, le pissenlit, l’artichaut ou encore le Chardon Marie.


Si certaines plantes réputées antidiabétiques produisent des actions très intéressantes, il convient dans tous les cas de ne jamais s’auto-traiter et de toujours demander l’avis de votre médecin et de votre naturopathe. En effet, un traitement médicamenteux peut entraîner des interactions dangereuses avec certains composants même naturels.

Les effets d’une alimentation saine



Tous les aliments à index glycémique élevé et donc tous les produits raffinés (sucreries, pâtisseries, viennoiseries), l’alcool, mais aussi les plats cuisinés et aliments industriels qui contiennent beaucoup de sucre sans que l’on s’en rende compte, sont à bannir de votre alimentation.

C’est une première étape absolument essentielle même si elle peut s’avérer très difficile en raison de la présence du sucre ajouté dans presque tous les aliments, même salés (pain, jambon, sauce tomate…) et de son fort pouvoir addictif. Plusieurs études ont effectivement établi que ce dernier agit comme une drogue sur le cerveau.

Ne faîtes pas pour autant l’impasse sur les féculents (riz, blé, lentilles, haricots, maïs, pommes de terre…) qui contiennent des sucres lents. Privilégiez autant que possible les céréales complètes (riz, pâtes, pain…) plus riches en fibres, en vitamines et minéraux ainsi qu’en antioxydants qui protègent les cellules de l’organisme des effets néfastes des radicaux libres. Les fibres ralentissent en outre l’absorption des glucides dans le sang.

Consommez et abusez des végétaux (fruits et légumes), le plus cru possible afin de modifier favorablement la flore intestinale.

Limitez la consommation de graisses saturées et préférez les poissons, les volailles et les viandes maigres ainsi que les bonnes huiles végétales riches en oméga 3 (colza, lin, noix, noisette, olive).

Pour vos vinaigrettes et vos assaisonnements, pensez au jus de citron qui permet de réduire le taux de glycémie.

Les aliments aux propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires sont évidemment à privilégier. C’est notamment le cas des baies, des cerises, des agrumes, des légumes verts (épinards, brocolis, haricots verts), qui contiennent de la quercétine, une substance végétale naturelle (flavonoïde) à l’origine des teintes brunes, rouges et bleues des fleurs et des fruits.

Présents également dans le thé, la noix ou le chocolat noir, les antioxydants contribuent à diminuer le risque de diabète de type 2 selon une étude de l’Inserm, publiée dans la revue Diabetologia (9 novembre 2017). Et pour tous les aficionados de chocolat, sachez que certaines chocolateries de la place proposent du chocolat noir sans sucre spécifique à faible indice glycémique.

Il est également recommandé de diminuer les quantités de sel (maggi, soyo, nuoc mam) afin d’éviter l’hypertension artérielle.

D’autre part, la consommation d’aliments riches en chrome est tout à fait recommandée. En effet, cet oligo-élément essentiel permet de réguler la glycémie dans le sang tout en limitant les risques de fringales. On le retrouve dans la levure de bière et le foie de veau, mais également à plus faible dose dans le brocoli, les haricots verts, les pommes de terre, les asperges, les céréales complètes, le germe de blé, les prunes ou encore les champignons. Le zinc, présent dans les huîtres, les abats, les œufs, les noix de pécan, les noix de cajou, les amandes, le cacao, les champignons Shiitaké, le thym, les graines de coriandre, le sésame et le cumin, les lentilles, est un cofacteur du métabolisme des glucides.

En supplément, votre naturopathe peut vous conseiller en fonction de votre situation, des compléments alimentaires à base de plantes (olivier, ginseng, oignon, ail, chia…) ou de vitamines (C, E, D, K notamment), reconnues pour leurs effets bénéfiques dans le contrôle de la glycémie et la régulation de l’insuline.

Il s’agit ici de quelques pistes à explorer afin de comprendre le rôle essentiel de l’alimentation dans la santé globale. Les aliments non transformés sont de véritables médicaments naturels aux mille vertus.

Bougez et respirez !



Pour compléter ces bonnes habitudes alimentaires, la pratique d’une activité physique régulière est fortement recommandée. Ne mettez pas la barre trop haut, allez à votre rythme. Commencez par marcher quelques minutes par jour. Favoriser les déplacements à pied plutôt qu’en voiture quand cela est possible, et préférez les escaliers à l’ascenseur. Ces petits changements du quotidien feront la différence et vous permettront d’ancrer durablement de bonnes habitudes pour vous maintenir en mouvement.

Dans le cadre d’une approche holistique, il est également conseillé d’apprendre à gérer son stress afin de conserver un système hormonal et endocrinien, ainsi qu’un fonctionnement métabolique équilibré. Testez et optez pour la pratique qui vous correspond le mieux et vous fait du bien tout en réduisant les effets hyperglycémiants de l'adrénaline et du cortisol, les deux hormones du stress, sur le métabolisme. Méditation, marche dans la nature, sport, jardinage… La respiration et la cohérence cardiaque sont des outils indispensables, simples d’utilisation et à la portée de tous, grâce à des applications trouvables sur internet. Offrez-vous un temps de calme aussi souvent que possible pour faire descendre la pression et vous recentrer.


En prévention, n'hésitez pas à vous faire dépister ou à contrôler régulièrement votre taux de glycémie, surtout si vous connaissez des antécédents familiaux de diabète.

La naturopathie nous enseigne qu’il est possible de retrouver un équilibre en aidant l’organisme à guérir de lui-même, de façon naturelle, et ainsi se prémunir de toutes complications désastreuses entraînées par le diabète.



Mathilde Heuzé

115 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout